top of page

ADULTÉRANT, ANTE. ADULTÉRATION. ADULTÉRER.

Adultérer change l’é en è devant une syllabe muette, sauf au futur et au conditionnel : il a adultéré, il adultère, il adultérerait. 1) En français juridique, adultérer s’emploie au sens propre et indique une altération coupable ; il signifie altérer d’une manière contraire à la loi ou aux règlements, dénaturer ou frelater une substance, et s’utilise surtout comme participe passé et comme adjectif : « La vente des produits adultérés est interdite. » Cette adultération produit une substance dont on dit qu’elle est adultérée ou falsifiée (voir FALSIFICATION). On parle de l’adultération ou de la falsification du lait, généralement par addition d’eau : on dit aussi le mouillage du lait. Adultérer des médicaments, des monnaies. 2) [Adultérer] un acte, un texte, la langue, au sens d’en altérer l’authenticité, la forme ou le sens, est un archaïsme ; dire falsifier un acte, altérer, corrompre la langue, déformer un texte, l’interpréter faussement.


3) Le substantif adultérant renvoie à une substance étrangère ou nuisible à la santé. Le terme est entré dans l’usage et s’emploie en particulier dans le cas du tabac, au sens de substance ajoutée par le vendeur, à l’insu de l’acheteur, dans une matière marchande afin d’en diminuer le prix de revient et d’augmenter ainsi frauduleusement le bénéfice.


Adultérant s’emploie également comme adjectif. Matière adultérante.

Posts récents

Voir tout

LA SÉPARATION DES POUVOIRS

I. Introduction -             L’idée d’une séparation des pouvoirs apparaît dès l’Antiquité. Aristote expliquait notamment que « Toutes les Constitutions comportent trois parties (…) quand ces parties

LA RESPONSABILITÉ SANS FAUTE

La faute demeure, en principe, le fondement essentiel de la responsabilité. Toutefois, la responsabilité de l’administration peut être...

bottom of page