top of page

AMICUS CURIAE


Locution latine, qui n’est pas nécessairement traduite dans la jurisprudence et la littérature juridique, dont les équivalents sont ami de la cour (Règles de procédure du Nouveau-Brunswick), intervenant bénévole (Règles de procédure civile de l’Ontario); on trouve parfois dans la doctrine allié du tribunal.

La mission de l’amicus curiæ s’apparente à celle du témoin expert, du technicien appelé à se présenter devant le tribunal afin de fournir, en présence des parties intéressées, les observations propres à éclairer les juges dans leur recherche d’une solution au litige. « Le Barreau du Nouveau-Brunswick a prié la Cour de lui permettre d’intervenir à titre d’amicus curiæ, cette intervention étant faite en raison d’impératifs d’ordre public.»


Cet ami de la cour n’est pas « convoqué », mais est « invité » à intervenir dans l’instance, ou demande lui-même au tribunal de l’entendre (en matière de faillite, par exemple). « Toute personne peut, avec la permission ou à l’invitation de la cour et sans devenir partie, intervenir dans l’instance en vue d’assister la cour à titre d’ami de la cour et d’y présenter une argumentation. »

L’amicus curiæ n’intervient pas devant le tribunal au nom d’une partie : « L’avocat a fait remarquer à la Cour qu’il ne comparaissait pas pour le compte du témoin, mais afin de défendre les droits de celui-ci en tant qu’amicus curiæ. »


Agir comme amicus curiæ, exprimer un avis en qualité d’amicus curiæ, comparaître à titre d’amicus curiæ.

留言


bottom of page