top of page

CHOISIR SON MOMENT

En 1900, Albert Einstein sortit à vingt et un ans de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Ses perspectives d’emploi étaient minces. Classé parmi les derniers, il n’avait aucune chance d’obtenir un poste d’enseignant. Soulagé de quitter l’université, il avait l’intention de travailler sur certains problèmes de physique qui le hantaient depuis des années. Il allait devoir se former tout seul sur la façon d’échafauder des théories et de faire des expériences de réflexion. Mais en attendant, il devait gagner sa vie. Son père lui offrit un poste d’ingénieur dans sa fabrique de dynamos à Milan, mais cet emploi n’allait guère lui laisser de temps libre. Un ami lui offrit un emploi bien rémunéré dans une compagnie d’assurances, mais ce travail risquait de l’abrutir et de lui prendre trop d’énergie pour le laisser réfléchir. Un an plus tard, un autre ami lui parla d’un poste qui se libérait au Bureau des brevets à Berne. Le salaire n’était pas faramineux, la position hiérarchique au bas de l’échelle et les heures de travail nombreuses ; la tâche était banale : elle consistait à étudier les demandes de brevets. Einstein sauta sur l’occasion, c’était exactement ce qu’il cherchait. Il serait chargé d’analyser la validité des demandes de brevet, dont beaucoup concernaient des aspects de la science qui l’intéressait. Ces demandes seraient comme des énigmes, ou des expériences de réflexion ; il pourrait essayer de visualiser la façon dont ces idées pourraient concrètement se traduire en inventions. Ce travail affinerait ses capacités de raisonnement. Au bout de plusieurs mois à ce poste, il devint si efficace dans ce jeu mental qu’il fut capable d’abattre en deux ou trois heures son travail de la journée ; cela lui laissait le reste de la journée pour ses propres réflexions. En 1905, il publia sa première théorie de la relativité, essentiellement rédigée au Bureau des brevets.


Loi du jour : Le temps est une variable essentielle. Aujourd’hui, aménagez votre emploi du temps afin de vous consacrer à l’œuvre de votre vie.


ROBERT GREENE

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page