top of page

HEUREUX LE SERVITEUR QUE SON MAÎTRE, A SON ARRIVÉE TROUVERA OCCUPE A SON TRAVAIL (MATTHIEU 24 :46).

Le Seigneur Jésus faisait un appel à la vigilance lorsqu’il parlait à ses disciples, et juste après cette parole il a énoncé la parabole des dix vierges.

Lorsque j’ai lu cette parole, la première question que je me suis posée est celle-ci : Fais-je réellement le travail de mon Maitre ? Ensuite, quel travail mon Maitre m’a-t-il confié ? Enfin, pourquoi je passe la plupart de mon temps à la quête de l’argent, à la quête du travail, à la quête d’entreprises et d’investissements, pourquoi est-il facile de trouver une occupation dans ce monde, pourquoi tout le monde part dans le même sens, pourquoi je ne travaille pas entièrement pour Dieu tandis que je devrais rendre compte de tout le temps qui m’a été donné sur terre le jour du jugement.

Le monde est garni et rempli de vanité et tout ce que nous désirons en dehors de Christ est vanité si ce n’est pour la Gloire de son Nom.

Paul disait « Ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, et d’être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s’obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, si je puis, à la résurrection d’entre les morts. Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi ; mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée ; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas » Phil 3 :7-14. Paul avait trouvé ce qui avait plus d’une valeur, ce dont la valeur surpassait infiniment tout ce qui ne se soumettait pas elle, l’excellence de la connaissance de Christ. Il connaissait son but et il courait pour l’atteindre et vous Christ est-il autant une priorité dans votre vie ?

C’est en Lui que tout a été fait dans le ciel et sur la terre, le visible et l’invisible, trônes, souverainetés, dominations, autorités ; Tout a été créé par lui et pour lui, Il existe avant toutes choses et toute chose subsiste en Lui (Colossiens 1 : 15). Nous ne sommes propriétaires de rien sur terre, c’est pourquoi nu sommes sortis du ventre de notre mère, nu nous retournerons dans le sein de la terre, l’Eternel a donné et l’Eternel a ôté (Job 1 : 21). Notre corps ne nous appartient pas et même notre esprit nous sera repris, nous ne sommes propriétaire de rien et qu’importe notre niveau social, notre état d’aisance nous sommes tous esclaves soit de la justice, soit du péché. C’est pourquoi cette parole est claire, heureux le serviteur que son maitre, à son arrivée trouvera occupé à son travail. Car tous sommes serviteurs soit du bien pour la justice en Christ selon sa volonté, soit du mal pour la mort. C’est de ton activité que tu exerceras sur cette terre et du choix que tu feras que dépendra la joie de ton maitre, soit le salut ou la mort. Le bon soldat ne s’occupe pas des affaires de la vie courante s’il veut plaire à celui qui l’a envoyé.

Bienaimés, ne laissons pas le monde avoir raison de nous. Nous sommes aux derniers moments et la terre qui souffre les douleurs de l’enfantement attend notre révélation pendant que nous servons l’ennemi par nos occupations mondaines qui ne servent que ses intérêts. La marche est longue et pleine de tribulation, le chemin périlleux et rétréci, la porte est étroite mais dans cette lutte seuls les violents s’empareront du Royaume des Cieux (Matthieu 11 :12).

Si je vis, ce n’est plus moi qui vit mais c’est Christ qui vit en moi (Galates 2 :20).

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page