top of page

QCM DIVERS EN DROIT

QCM 1. Qu’est-ce qu’un bien meuble ? a) Un bien immobilier b) Un bien qui peut être déplacé c) Un bien utilisé pour l’usage quotidien d) Un bien qui appartient à l’État 2. Qu’est-ce qu’un bien immeuble par destination ? a) Un bien utilisé pour un usage spécifique b) Un bien immobilier accessoire à un autre bien c) Un bien loué à une entreprise d) Un bien utilisé pour la production de biens 3. Qu’est-ce qu’un bien corporel ? a) Un bien physique et tangible b) Un bien immatériel sans substance physique c) Un bien utilisé pour la production industrielle d) Un bien qui peut être converti en liquide 4. Qu’est-ce qu’un bien incorporel ? a) Un bien qui ne peut pas être touché ou perçu par les sens b) Un bien utilisé pour la culture des champs c) Un bien appartenant à une entreprise d) Un bien utilisé pour la vente au détail 5. Qu’est-ce qu’un bien fongible ? a) Un bien qui peut être remplacé par un autre de même nature et qualité b) Un bien qui ne peut pas être remplacé c) Un bien utilisé uniquement par une personne d) Un bien utilisé pour la production de biens immobiliers 6. Qu’est-ce qu’un bien non fongible ? a) Un bien qui ne peut pas être remplacé par un autre bien b) Un bien qui peut être utilisé par différentes personnes c) Un bien utilisé exclusivement pour le commerce en ligne d) Un bien utilisé pour le traitement des déchets 7. Qu’est-ce que la propriété d’un bien ? a) Le droit d’utiliser et de disposer d’un bien de manière exclusive b) L’obligation de partager un bien avec d’autres personnes c) La responsabilité de prendre soin d’un bien d) La restriction de l’accès à un bien 8. Qu’est-ce qu’un droit de propriété indivise ? a) Un droit de propriété partagé entre plusieurs personnes b) Un droit de propriété exclusif d’une seule personne c) Un droit de propriété réservé à l’État d) Un droit de propriété accordé temporairement 9. Qu’est-ce qu’un usufruit ? a) Le droit d’utiliser et de profiter d’un bien appartenant à quelqu’un d’autre b) Le droit de vendre un bien c) Le droit de modifier un bien d) Le droit de détruire un bien 10. Qu’est-ce qu’une servitude ? a) Une charge imposée sur un bien en faveur d’un autre bien b) Une restriction sur l’utilisation d’un bien c) Une obligation de partager un bien avec d’autres personnes d) Une autorisation d’utiliser un bien appartenant à quelqu’un d’autre 11. Qu’est-ce qu’une hypothèque ? a) Un droit réel conférant une garantie sur un bien immobilier b) Une charge financière sur un bien mobilier c) Une restriction sur l’utilisation d’un bien d) Une servitude imposée sur un bien 12. Qu’est-ce qu’un bien commun en copropriété ? a) Un bien détenu conjointement par plusieurs personnes b) Un bien détenu exclusivement par une seule personne c) Un bien détenu par l’État d) Un bien utilisé pour le commerce international 13. Qu’est-ce que l’accession ? a) Le droit devenir propriétaire d’un bien par adjonction à un bien existant b) Le droit de vendre un bien sans consentement c) Le droit de modifier un bien d) Le droit de restreindre l’accès à un bien 14. Qu’est-ce que l’extinction du droit de propriété ? a) La disparition du droit de propriété sur un bien b) La conservation du droit de propriété sur un bien c) La modification du droit de propriété sur un bien d) L’accroissement du droit de propriété sur un bien 15. Qu’est-ce qu’une servitude continue ? a) Une servitude qui dure dans le temps b) Une servitude qui peut être temporaire ou permanente c) Une servitude imposée sur un bien immobilier d) Une servitude qui ne peut pas être modifiée 16. Qu’est-ce qu’une servitude apparente ? a) Une servitude qui est facilement visible ou perceptible b) Une servitude qui est cachée ou difficile à détecter c) Une servitude qui peut être modifiée à tout moment d) Une servitude imposée sur un bien mobilier 17. Qu’est-ce qu’une servitude légale ? a) Une servitude établie par la loi b) Une servitude établie par les parties c) Une servitude imposée par l’État d) Une servitude imposée par un tribunal 18. Qu’est-ce qu’une servitude personnelle ? a) Une servitude qui s’applique à une personne spécifique b) Une servitude qui s’applique à tous les habitants d’un lieu c) Une servitude qui peut être transférée à une autre personne d) Une servitude qui ne peut pas être modifiée 19. Qu’est-ce qu’une servitude continue apparente ? a) Une servitude qui est facilement visible et qui dure dans le temps b) Une servitude qui est difficile à détecter et qui peut être temporaire c) Une servitude qui peut être modifiée à tout moment et qui est imposée par la loi d) Une servitude qui ne s’applique qu’à une personne spécifique 20. Qu’est-ce que la publicité foncière ? a) L’enregistrement des droits réels immobiliers dans un registre public b) La mise en location d’un bien immobilier c) Le partage des biens d’un défunt entre ses héritiers d) La vente d’un bien immobilier aux enchères 21. Qu’est-ce qu’une prescription acquisitive ? a) L’acquisition d’un bien par possession continue et paisible pendant un certain délai b) L’achat d’un bien par le biais d’un contrat c) La transfert d’un bien par un acte de donation d) La restitution d’un bien à son propriétaire après une utilisation temporaire 22. Qu’est-ce qu’une convention de partage ? a) Un accord entre les copropriétaires pour se répartir les frais b) Un accord entre les époux pour se séparer des biens communs c) Un accord entre les parties pour partager un bien en indivision d) Un accord entre un propriétaire et un locataire pour partager les charges locatives 23. Qu’est-ce qu’une action en revendication ? a) Une action en justice pour récupérer la propriété d’un bien b) Une action en justice pour demander des dommages et intérêts c) Une action en justice pour contester l’existence d’une servitude d) Une action en justice pour obtenir l’accès à un bien 24. Qu’est-ce que la possession en droit civil des biens ? a) La détention matérielle d’un bien avec l’intention de se l’approprier b) La location d’un bien à un locataire c) Le partage des biens entre les copropriétaires d) La vente d’un bien à un acheteur 25. Qu’est-ce qu’un droit de préemption ? a) Le droit de priorité pour acheter un bien avant qu’il ne soit vendu à un tiers b) Le droit de vendre un bien à un certain prix c) Le droit de construire sur un bien immobilier d) Le droit de modifier un bien sans autorisation 26. Qu’est-ce qu’un droit de superficie ? a) Le droit de posséder et d’utiliser temporairement un bien immobilier b) Le droit de garder un bien immobilier en bon état c) Le droit de construire sur un bien appartenant à quelqu’un d’autre d) Le droit de restreindre l’accès à un bien immobilier 27. Qu’est-ce qu’une clause d’inaliénabilité ? a) Une clause qui interdit la vente d’un bien pendant une certaine période b) Une clause qui permet la vente d’un bien sans restriction c) Une clause qui interdit la location d’un bien d) Une clause qui permet la modification d’un bien sans autorisation 28. Qu’est-ce qu’une mutation immobilière ? a) Le transfert de propriété d’un bien immobilier b) Le partage des biens dans une succession c) La vente d’un bien à un acheteur d) L’évaluation de la valeur d’un bien immobilier 29. Qu’est-ce qu’une saisie immobilière ? a) La vente forcée d’un bien immobilier pour rembourser une dette b) La location d’un bien immobilier pour un usage commercial c) Le partage des biens dans une succession d) Le transfert de propriété d’un bien immobilier 30. Qu’est-ce qu’une clause de réserve de propriété ? a) Une clause qui permet au vendeur de reprendre possession d’un bien tant qu’il n’est pas entièrement payé b) Une clause qui interdit la vente d’un bien c) Une clause qui restreint l’utilisation d’un bien d) Une clause qui permet la modification d’un bien sans autorisation 31. Quelle est la durée maximale d’un bail emphytéotique ? a) 3 ans b) 6 ans c) 99 ans d) 12 ans 32. Qu’est-ce que l’action paulienne ? a) Une action en justice pour contester la validité d’une vente b) Une action en justice pour demander des dommages et intérêts pour vice caché c) Une action en justice pour obtenir l’accès à un bien d) Une action en justice pour demander une réduction du prix d’achat d’un bien 33. Qu’est-ce qu’un contrat de mandat ? a) Un contrat par lequel une personne confie la gestion de son patrimoine à une autre personne b) Un contrat de vente d’un bien immobilier c) Un contrat de location d’un bien immobilier d) Un contrat d’échange de biens 34. Qu’est-ce qu’une prescription extinctive ? a) L’extinction d’un droit en raison de l’écoulement du temps b) L’acquisition d’un bien par possession continue et paisible c) La vente d’un bien à un tiers d) Le partage des biens dans une succession 35. Qu’est-ce que l’action oblique ? a) Un droit appartenant au débiteur négligent b) Une action en justice en faveur du créancier négligent c) Une action judiciaire autorisant la poursuite d’un débiteur par le créancier d’un créancier négligent d) Un droit appartenant au créancier du débiteur négligent 36. Qu’est-ce qu’un démembrement de propriété ? a) La séparation de l’usufruit et de la nue-propriété d’un bien b) La vente d’un bien à un tiers c) La location d’un bien à un locataire d) Le partage des biens dans une succession 37. Qu’est-ce qu’un droit réel de jouissance ? a) Un droit de jouir d’un bien comme s’il était propriétaire b) Un droit de vendre un bien à un tiers c) Un droit de construire sur un bien immobilier d) Un droit d’utiliser un bien sans permission du propriétaire 38. Qu’est-ce qu’une vente avec réserve de propriété ? a) Une vente où le vendeur conserve la propriété du bien jusqu’à ce que celui-ci soit entièrement payé b) Une vente où le vendeur accepte des paiements échelonnés c) Une vente où le vendeur garantit la qualité du bien vendu d) Une vente où le vendeur transfère immédiatement la propriété du bien à l’acheteur 39. Qu’est-ce que l’action en revendication pour trouble de voisinage ? a) Une action en justice pour demander des dommages et intérêts pour trouble du voisinage b) Une action en justice pour demander la restitution d’un bien illégalement occupé c) Une action en justice pour demander l’expulsion d’un locataire d) Une action en justice pour demander des dommages et intérêts pour vice caché 40. Qu’est-ce qu’un bien vacant et sans maître ? a) Un bien immobilier sans propriétaire connu b) Un bien immobilier qui n’est pas utilisé c) Un bien immobilier en mauvais état d) Un bien immobilier reconnu d’utilité publique 41. Qu’est-ce qu’un régime de séparation de biens ? a) Un régime matrimonial où chaque époux conserve la pleine propriété de ses biens personnels b) Un régime matrimonial où tous les biens sont détenus en commun c) Un régime matrimonial où chaque époux possède des biens personnels et des biens communs d) Un régime matrimonial où les biens sont répartis équitablement en cas de divorce 42. Quel est le principe de l’accession en droit civil des biens ? a) L’adjonction de deux biens distincts pour en former un seul b) Le droit de posséder et d’utiliser un bien sans restriction c) Le partage des biens entre les époux après un divorce d) La séparation des biens entre les copropriétaires 43. Qu’est-ce qu’un droit de passage ? a) Le droit de traverser un bien appartenant à quelqu’un d’autre b) Le droit d’utiliser un bien sans restriction c) Le droit de modifier un bien d) Le droit de vendre un bien à un tiers 44. Qu’est-ce que la confusion de biens ? a) La réunion de deux biens en un seul, appartenant au même propriétaire b) La disparition d’un bien sans laisser de trace c) La vente d’un bien sans l’accord du propriétaire d) Le partage des biens entre les héritiers 45. Qu’est-ce qu’une mitoyenneté ? a) La propriété commune d’un mur ou d’une clôture entre deux propriétés b) La location d’un bien à un locataire c) La division d’un bien entre les copropriétaires d) L’évaluation de la valeur d’un bien immobilier 46. Qu’est-ce que l’abusus en droit civil des biens ? a) Le droit de disposer librement d’un bien en le vendant, le donnant ou le détruisant b) Le droit d’utiliser un bien sans restriction c) Le droit de modifier un bien sans autorisation d) Le partage des biens entre les copropriétaires 47. Qu’est-ce que l’usufruit temporaire ? a) Le droit de jouir et d’utiliser temporairement un bien appartenant à quelqu’un d’autre b) Le droit d’utiliser un bien sans restriction c) Le droit de construire sur un bien immobilier d) Le droit de modifier un bien sans autorisation 48. Qu’est-ce qu’une vente en viager ? a) Une vente pour laquelle l’acheteur verse une rente viagère au vendeur jusqu’à son décès b) Une vente sans acte de vente c) Une vente réservée aux personnes âgées d) Une vente d’un bien à un tiers 49. Qu’est-ce qu’un comblement d’une servitude ? a) La neutralisation ou la suppression d’une servitude imposée b) La location d’un bien à un locataire c) La modification d’une servitude sans autorisation d) Le partage des biens entre les copropriétaires 50. Qu’est-ce qu’une aliénation de biens ? a) La vente ou le transfert d’un bien à un tiers b) La location d’un bien à un locataire c) La modification d’un bien sans autorisation d) Le partage des biens entre les héritiers QCM DROIT DES OBLIGATIONS 1. Qu’entend on par obligation dans le droit civil ? a) C’est une dette juridique. b) C’est une proposition de loi. 2. Qui sont les parties à l’obligation civile ? a) Le débiteur et le créancier. b) Le défendeur et l’avocat. 3. Une obligation civile peut-elle découler d’un contrat ? a) Oui. b) Non. 4. Quelle obligation a un débiteur en cas de non-exécution de l’obligation ? a) Il doit réparer le dommage causé. b) Il doit donner tout ce qu’il a. 5. Qu’est-ce qu’une obligation de faire ? a) Une obligation d’accomplir un certain acte. b) Une obligation de payer une certaine somme d’argent. 6. Qu’est-ce que l’obligation de ne pas faire ? a) Le devoir de s’abstenir de certaines actions. b) Une forme de sanction pénale. 7. Qu’est-ce qu’une obligation de moyens ? a) C’est une obligation de prendre les dispositions nécessaires pour atteindre un certain objectif. b) C’est une obligation de payer une certaine somme d’argent. 8. Qu’est-ce qu’une obligation de résultat ? a) C’est une obligation de réaliser un certain objectif. b) C’est une obligation de prendre soin de soi-même. 9. Quelle est la source des obligations dans le droit civil ? a) La loi, le contrat, les quasi-contrats, l’acte unilatéral. b) Les sanctions pénales, les contraventions, la constitution. 10. Qu’est-ce que la responsabilité civile délictuelle ? a) C’est la responsabilité civile résultant d’un fait personnel. b) C’est la responsabilité civile résultant d’un contrat. 11. Un contrat peut-il être conclu verbalement en droit civil ? a) Oui. b) Non. 12. Quelles sont les causes d’exonération de responsabilité ? a) La force majeure et le cas fortuit. b) Le vol et la fraude. 13. Qu’est-ce qu’un contrat synallagmatique ? a) C’est un contrat qui crée des obligations réciproques entre les parties. b) C’est un contrat qui oblige une seule partie. 14. Qu’est-ce qu’une convention ? a) Un accord passé entre deux parties ou plus. b) Une réunion formelle de personnes. 15. Peut -on s’engager pour autrui ? a) Oui b) Non 16. Qu’est-ce qu’un contrat léonin ? a) Un contrat dans lequel une partie s’approprie tous les bénéfices. b) Un contrat entre des parties de statuts égaux. 17. Quelle est la sanction de l’abus de droit ? a) Les dommages et intérêts. b) L’emprisonnement. 18. Qu’est ce qu’une obligation conjointe ? a) Une obligation partagée par plusieurs débiteurs. b) Une obligation imposée par une joint-venture. 19. Qu’est-ce qu’une clause pénale ? a) Une stipulation contractuelle prévoyant une indemnité en cas de manquement. b) Une provision de loi prévoyant une peine en cas de violation. 20. Qu’est-ce que le dol ? a) Il s’agit d’une manœuvre frauduleuse pour induire quelqu’un en erreur. b) Il s’agit d’une mesure de la douleur et de la souffrance. 21. Les mineurs sont-ils capables de contracter ? a) Non, sauf exceptions. b) Oui, sans restrictions. 22. Qu’est-ce que la novation ? a) C’est la transformation d’une obligation existante en une nouvelle. b) C’est le refus d’une obligation existante. 23. Qu’est-ce que le lésion ? a) Un déséquilibre significatif entre les prestations des parties contractantes. b) Une blessure physique. 24. Qu’est-ce qu’une offre de contrat ? a) Une proposition d’entrer dans un contrat. b) Une demande d’emploi. 25. Qu’est-ce qu’une acceptation de contrat ? a) C’est l’accord donné à l’offre faite. b) C’est un document légal. 26. Qu’est-ce qu’un principe de bonne foi en matière contractuelle ? a) L’obligation de se comporter honnêtement et équitablement dans les relations contractuelles. b) Il n’existe aucun principe de bonne foi en droit des obligations. 27. Qu’est-ce que la prescription ? a) C’est le délai au-delà duquel les droits et actions ne peuvent plus être exercés. b) C’est la diminution de la valeur des biens. 28. Le principe « Nul n’est censé ignorer la loi » s’applique-t-il en droit civil ? a) Oui. b) Non. 29. Quels sont les éléments essentiels d’un contrat ? a) Le consentement, la capacité, l’objet et la cause. b) Le contrat écrit, la signature, le témoin et l’avocat. 30. Le consentement donné sous la violence peut-il être considéré comme valable ? a) Non, il est vicié. b) Oui, à condition que la violence ne soit pas grave. 31. Qu’est-ce que la période de rétractation ? a) C’est le délai durant lequel un consommateur peut revenir sur son engagement sans motif. b) C’est le délai pour payer une facture. 32. Qu’est-ce que la capacité d’agir ? a) C’est la possibilité pour une personne d’exercer ses droits et d’assumer ses obligations. b) C’est la connaissance des lois et procédures juridiques. 33. Que signifie « force majeure » ? a) C’est un événement imprévisible et insurmontable qui empêche l’exécution d’une obligation. b) C’est une loi puissante et incontournable. 34. Qu’est-ce qu’une obligation solidaire ? a) C’est une obligation pour laquelle chaque débiteur peut être tenu de la totalité de la dette. b) C’est une obligation imposée par la solidarité sociale. 35. Qu’est-ce que l’obligation naturelle ? a) C’est une obligation dont l’inexécution ne peut pas être contrainte par la loi, mais qui doit être exécutée pour des raisons morales ou d’honneur. b) C’est une obligation imposée par la nature. 36. Que signifie « erreur sur la substance » ? a) C’est une erreur sur les qualités essentielles de la chose objet de l’obligation. b) C’est une erreur sur le montant de la dette. 37. Qu’est-ce que la caducité d’un contrat ? a) C’est la disparition de son existence légale pour défaut d’un de ses éléments constitutifs. b) C’est l’expiration de sa période de validité. 38. Qu’est-ce que le droit à la réparation intégrale ? a) C’est le droit d’être indemnisé pour la totalité des préjudices subis. b) C’est le droit d’obtenir une réparation pour un travail effectué. 39. Qu’est-ce que la répétition de l’indu ? a) C’est la restitution d’une prestation indûment reçue. b) C’est le paiement excessif d’une facture. 40. Qu’est-ce qu’un pacte de préférence ? a) C’est un accord par lequel une partie s’engage à donner à une autre la priorité en cas de vente ou de location d’un bien. b) C’est un accord privilégié entre deux parties pour des opérations commerciales. 41. Qu’est-ce qu’une obligation divisible ? a) C’est une obligation qui peut être exécutée par parties. b) C’est une obligation qui peut être partagée entre plusieurs débiteurs. 42. Qu’est-ce qu’une obligation in solidum ? a) C’est une obligation pour laquelle chaque débiteur est responsable de la totalité de la dette. b) C’est une obligation partagée équitablement entre les débiteurs. 43. Qu’est-ce qu’une stipulation pour autrui ? a) C’est un contrat par lequel une personne s’engage envers une autre à réaliser une prestation au profit d’un tiers. b) C’est une clause contractuelle ajoutée pour le bénéfice de l’une des parties. 44. Qu’est-ce que la rescision pour lésion ? a) C’est l’annulation d’un contrat en raison d’un déséquilibre significatif entre les prestations des parties. b) C’est la résiliation d’un contrat en raison d’une violation des termes. 45. Qu’est-ce que le concours de créanciers ? a) C’est une situation dans laquelle plusieurs créanciers réclament le paiement d’un débiteur insolvable. b) C’est une compétition entre créanciers pour obtenir le meilleur taux d’intérêt. 46. Que signifie « bon père de famille » ? a) C’est une norme de comportement raisonnable et prudent usuellement utilisée pour évaluer la responsabilité. b) C’est le titre donné à celui qui est le chef de famille. 47. Qu’est-ce que l’exception d’inexécution ? a) C’est la possibilité pour une partie de refuser d’exécuter sa prestation si l’autre partie n’a pas exécuté la sienne. b) C’est un moyen de défense en droit pénal. 48. Qu’est-ce que l’exception d’incompétence ? a) C’est la possibilité pour une partie de contester la compétence d’un tribunal. b) C’est un moyen de défense en droit des sociétés. 49. Qu’est-ce que la compensation en droit civil ? a) C’est l’extinction simultanée de deux dettes réciproques entre deux personnes. b) C’est la réparation d’un préjudice par l’attribution d’une somme d’argent. 50. Que signifie « obligation à charge de rente » ? a) C’est une obligation de verser une rente ou une prestation périodique. b) C’est une obligation qui incombe à une personne qui reçoit une rente. QCM 1. Qu’est-ce que le droit processuel ? a) L’ensemble des règles définissant la manière dont un procès est mené. b) L’étude des processus judiciaires. c) L’ensemble des lois régissant la constitution. 2. Quel terme désigne le pouvoir de statuer des juges sur les affaires soumises ? a) Compétence b) Autorité c) Pouvoir 3. Que signifie « la règle du contradictoire » ? a) Que toute prétention doit être contestée. b) Que chaque partie doit avoir l’opportunité de présenter et de contester le matériel. c) Que chaque affaire doit être entendue par un jury. 4. Qu’est-ce que la conciliation ? a) Une tentative de résoudre un litige sans procès. b) Un accord entre des parties en litige. c) Un acte contraignant imposé par un tribunal. 5. En quoi consiste la signification d’un jugement ? a) Informer les parties de la décision du tribunal par voie officielle. b) Publicité de la décision du tribunal. c) Expliquer les motifs de la décision du tribunal. 6. Qu’est-ce qu’une citation directe ? a) Un moyen par lequel une personne est informée de sa comparution devant un tribunal. b) Une référence précise à un cas judiciaire précédent. c) Un document officiel annonçant une décision de justice. 7. Qu’est-ce qu’un jugement en dernier ressort ? a) Un jugement qui ne peut être contesté. b) Un jugement rendu par la Cour suprême. c) Un jugement qui décide du sort final d’une affaire. 8. Qu’est-ce que l’appel dans le processus judiciaire ? a) La demande d’examen d’une décision d’un tribunal inférieur par un tribunal supérieur. b) La demande d’accélérer un processus judiciaire. c) La demande de réexamen d’une affaire par le même tribunal. 9. Qu’est-ce que le ministère public ? a) La partie de l’appareil judiciaire qui représente les intérêts de la société. b) Un groupe de ministres responsables de la législation. c) L’organisation responsable de l’application des lois. 10. Qu’est-ce qu’une ordonnance de non-lieu ? a) Une décision du tribunal de ne pas poursuivre l’affaire. b) Une décision du tribunal de ne pas accepter une défense. c) Une décision du tribunal de ne pas appliquer une peine. 11. Qu’est-ce qu’une mise en demeure ? a) Menace d’un recours juridique si une certaine action n’est pas entreprise. b) Exécution forcée d’une obligation contractuelle. c) Imposition d’une amende pour non-respect d’une obligation. 12. Qu’est-ce qu’une injonction ? a) Une ordonnance du tribunal exigeant qu’une personne prenne une certaine action. b) Un outil juridique permettant au gouvernement de prendre le contrôle d’une propriété. c) Une demande de dommages-intérêts auprès d’un tribunal. 13. Qu’est-ce que le droit à un procès équitable ? a) Le droit de chaque individu à un procès juste et impartial. b) Le droit de ne pas être jugé pour la même infraction deux fois. c) Le droit à une défense adéquate lors d’un procès. 14. Qu’est-ce que le recours en révision ? a) Une demande d’annulation d’une décision définitive pour irrégularité. b) Un appel d’une décision de justice. c) Une demande de réexamen de la décision d’un tribunal. 15. Qu’est-ce qu’une affaire pénale ? a) Une affaire impliquant un délit ou un crime. b) Une affaire impliquant un litige civil. c) Une affaire impliquant un différend familial. 16. Quel est le rôle de l’avocat dans le droit processuel ? a) Représenter les intérêts de son client et le défendre en justice. b) Assurer la bonne conduite du procès. c) Décider du verdict. 17. Qu’est-ce qu’un tribunal de première instance ? a) Le tribunal devant lequel une affaire est présentée en premier. b) Le tribunal qui statue sur les appels. c) Le tribunal qui statue sur les affaires les plus graves. 18. Qu’est-ce qu’une instance ? a) Le processus complet d’une action en justice. b) Le verdict d’un tribunal. c) L’enregistrement d’une plainte auprès d’un tribunal. 19. Qu’est-ce qu’un acte de procédure ? a) Un document écrit formalisant une étape de la procédure juridique. b) Un document décrivant les déclarations d’un témoin. c) Un document détaillant les charges contre une personne. 20. Qu’est-ce que la juridiction ? a) Le pouvoir d’un tribunal de juger une affaire. b) Un principe juridique. c) L’expliquer des lois. 21. Qu’est-ce qu’une voie de recours ? a) Un moyen par lequel une décision de justice peut être contestée. b) Une méthode alternative de résolution des litiges. c) Une procédure pour obtenir une indemnisation.


22. ce que l’opposition à un jugement ? a) La contestation d’un jugement par une partie non présente lors du procès. b) Le refus de se conformer à un jugement. c) L’action de plaider non coupable à des accusations. 23. Qu’est-ce que la récusation d’un juge ? a) Le rejet d’un juge pour cause de partialité ou de conflit d’intérêts. b) Le renvoi d’un juge pour incompétence. c) La promotion à un poste de juge de niveau supérieur. 24. Qu’est-ce qu’un pourvoi en cassation ? a) Un appel d’une décision juridique en se basant sur une erreur de loi. b) Une demande de réexamen d’une décision juridique. c) Le rejet d’une action en justice pour cause d’absence de bien-fondé. 25. Qu’est-ce que le respect du contradictoire ? a) Il s’agit du principe selon lequel chaque partie doit pouvoir présenter sa défense. b) Il s’agit du principe selon lequel chaque partie doit pouvoir interroger l’autre partie. c) Il s’agit du principe selon lequel le tribunal doit être impartial. 26. Qu’est-ce qu’un référé ? a) Une procédure d’urgence pour obtenir une décision rapidement. b) Une évaluation de l’adéquation d’une affaire pour un procès. c) Un appel contre une décision provisoire du tribunal. 27. Qu’est-ce que la chose jugée ? a) Il s’agit du principe selon lequel une décision de justice est définitive et ne peut plus être contestée. b) Il s’agit du principe selon lequel une affaire peut être réexaminée par un tribunal supérieur. c) Il s’agit d’une affaire pour laquelle une décision a été rendue. 28. ce que l’exequatur ? a) C’est une procédure qui permet de rendre exécutoire une décision de justice étrangère. b) C’est une procédure qui permet d’exécuter une peine d’emprisonnement. c) C’est une procédure qui permet d’exécuter une amende. 29. Qu’est-ce qu’une ordonnance de référé ? a) C’est une décision prise en urgence par le président du tribunal. b) C’est une mesure provisoire prise par le tribunal en attente du procès. c) C’est une décision prise par le tribunal pour bloquer temporairement une décision. 30. Qu’est-ce que le serment judiciaire ? a) Il s’agit du serment fait par une personne appelée à témoigner devant le tribunal. b) Il s’agit du serment fait par les juges lors de leur investiture. c) Il s’agit du serment fait par un avocat lors de son admission au barreau. 31. Qu’est-ce qu’un dispositif dans un jugement ? a) Il s’agit de la partie du jugement qui énonce la décision du tribunal. b) Il s’agit de l’ensemble des preuves présentées lors d’un procès. c) Il s’agit d’un outil utilisé par le tribunal pour prendre une décision. 32. Qu’est-ce qu’une cour d’appel ? a) Il s’agit du tribunal de droit commun en matière civile. b) Il s’agit du tribunal chargé de statuer sur les affaires pénales les plus sérieuses. c) Il s’agit d’une juridiction statuant en dernier ressort 33. Qu’est-ce qu’un acte d’huissier ? a) Il s’agit d’un document établi et signé par un huissier de justice. b) Il s’agit d’une citation à comparaître. c) Il s’agit d’un commandement de payer une somme d’argent. 34. ce qu’un délai de grâce ? a) Il s’agit d’un délai accordé par le tribunal dans certaines circonstances, par exemple pour permettre le paiement d’une dette. b) Il s’agit du délai pendant lequel un individu peut changer d’avis après avoir signé un contrat. c) Il s’agit du délai pendant lequel une sentence est suspendue. 35. Qu’est-ce qu’un arrêt de la cour ? a) C’est une décision prise par une cour d’appel. b) C’est une décision prise par une section détachée c) C’est une ordonnance de cesser une activité. 36. Qu’est-ce que l’irrecevabilité ? a) Il s’agit de la décision d’un tribunal de ne pas examiner une action en justice parce qu’elle ne répond pas aux exigences légales. b) Il s’agit de la décision d’un tribunal de ne pas accepter une preuve. c) Il s’agit de la capacité d’un tribunal de rejeter une affaire. 37. Qu’est-ce qu’une tierce opposition ? a) Il s’agit d’une procédure ouverte à un tiers pour contester un jugement qui préjudicie à ses droits. b) Il s’agit de l’intervention d’un tiers dans une affaire judiciaire pour soutenir l’une des parties. c) Il s’agit d’une opposition au jugement par une personne extérieure à l’affaire. 38. Qu’est-ce qu’une assignation en justice ? a) C’est une convocation officielle à comparaître devant un tribunal. b) C’est une demande d’indemnisation pour un préjudice. c) C’est une accusation formelle d’un crime. 39. Qu’est-ce que la procédure accusatoire ? a) C’est une procédure dans laquelle l’accusation et la défense présentent toutes deux leur cas devant un tribunal. b) C’est une procédure dans laquelle l’accusé est présumé coupable. c) C’est une procédure dans laquelle une personne est inculpée d’un crime.


40. Qu’est-ce que le prétoire ?

a) C’est la salle d’audience d’un tribunal.

b) C’est le bureau d’un avocat.

c) C’est la cellule d’une prison.

41. Qu’est-ce que la motivation d’un jugement ?

a) C’est l’explication des raisons pour lesquelles une décision a été prise.

b) C’est l’objectif d’une action en justice.

c) C’est l’ensemble des preuves présentées lors d’un procès.

42. Qu’est-ce qu’une instance en référé ?

a) C’est une procédure d’urgence qui permet d’obtenir une décision rapide.

b) C’est une procédure à travers laquelle une décision de justice est contestée.

c) C’est une procédure qui permet à un individu d’être entendu par un tribunal.

43. Qu’est-ce que la procédure inquisitoire ?

a) C’est une procédure dans laquelle le juge joue un rôle actif dans la recherche des faits.

b) C’est une procédure dans laquelle une personne est accusée d’un crime.

c) C’est une procédure de résolution des litiges.

44. Qu’est-ce que le contradictoire en procédure ?

a) C’est le fait pour les deux parties d’avoir la possibilité de s’exprimer et de présenter leurs preuves.

b) C’est le fait de contester une accusation.

c) C’est le débat entre les deux parties.

45. Qu’est-ce que l’acquittement ?

a) C’est la décision de libération d’une personne accusée d’un crime.

b) C’est le paiement d’une dette.

c) C’est l’exécution d’une peine.

46. Quel est le rôle du procureur ?

a) Il représente le ministère public devant le tribunal.

b) Il défend les intérêts du client.

c) Il statue sur les affaires.

47. Qu’est-ce que la cause d’un procès ?

a) C’est le motif pour lequel une action en justice est intentée.

b) C’est l’enjeu d’un procès.

c) C’est la raison pour laquelle une décision est prise.

48. Qu’est-ce que la compétence d’un tribunal ?

a) C’est l’autorité d’un tribunal pour juger un certain type de litige.

b) C’est l’expertise d’un tribunal dans une certaine matière.

c) C’est l’aptitude d’un tribunal à conduire un procès.

49. Qu’est-ce qu’un acte authentique ?

a) C’est un document officiel établi par un fonctionnaire public.

b) C’est un acte qui a été validé par un notaire.

c) C’est un contrat légalement reconnu.

50. Qu’est-ce que l’audience de plaidoirie en procédure civile ?

a) C’est le moment du procès où les avocats présentent leurs arguments au juge.

b) C’est le moment du procès où le juge entend les témoins.

c) C’est le moment du procès où le juge prononce son verdict.

DROIT ADMINISTRATIF QCM

Principe de la légalité administrative

1. Qu’est-ce que le principe de légalité administrative ?

a) Un principe qui permet à l’administration d’agir en dehors de la loi.

b) Un principe qui exige que l’administration agisse conformément à la loi.

c) Un principe qui accorde à l’administration le pouvoir discrétionnaire.

2. Quel est le fondement du principe de légalité administrative ?

a) La volonté arbitraire de l’administration.

b) Le respect des droits fondamentaux et des libertés des individus.

c) La supériorité de l’administration sur les citoyens.

3. Le principe de légalité administrative garantit que :

a) L’administration est au-dessus des lois.

b) L’administration respecte les lois en vigueur.

c) L’administration peut faire des exceptions aux lois.

4. Quel est le rôle des tribunaux dans le contrôle de l’application du principe de légalité administrative ?

a) Vérifier la conformité des actes administratifs à la Constitution.

b) Modifier les lois selon les besoins de l’administration.

c) Soutenir les actions arbitraires de l’administration.

d) Annuler les décisions illégales

5. Quelles sont les sanctions possibles en cas de violation du principe de légalité administrative ?

a) Aucune sanction, l’administration est au-dessus des lois.

b) Invalidation des actes administratifs illégaux

c) L’administration est exemptée de toute responsabilité.

Police administrative

6. Qu’est-ce que la police administrative ?

a) L’ensemble des activités de maintien de l’ordre public et de sécurité réalisées par l’administration.

b) L’ensemble des activités policières menées par les forces de l’ordre.

c) L’ensemble des tâches administratives liées à la gestion des ressources humaines dans la police.

7. Quel est l’objectif principal de la police administrative ?

a) Enquêter sur les crimes et les délits.

b) Prévenir les troubles à l’ordre public et garantir la sécurité des citoyens.

c) Protéger les intérêts commerciaux de l’administration.

8. Quelle est la différence entre la police administrative et la police judiciaire ?

a) La police administrative est responsable de l’application des lois pénales, tandis que la police judiciaire est responsable du maintien de l’ordre public.

b) La police administrative est préventive, tandis que la police judiciaire est répressive.

c) Il n’y a pas de différence, ce sont des termes interchangeables.

9. Quelles sont les mesures que peut prendre l’administration dans le cadre de la police administrative ?

a) L’arrestation de personnes soupçonnées de crimes.

b) L’imposition de sanctions administratives, telles que des amendes ou des fermetures temporaires d’établissements.

c) Déclarer les individus persona non grata

10. Le contrôle de proportionnalité est un principe clé dans le cadre de la police administrative, cela signifie que :

a) Les mesures prises doivent être proportionnées à l’objectif poursuivi.

b) Les mesures prises peuvent être arbitrairement rigoureuses.

c) L’administration a un pouvoir discrétionnaire absolu.

Service public

11. Qu’est-ce que le service public ?

a) L’ensemble des activités économiques menées par l’administration.

b) L’ensemble des activités d’intérêt général assurées ou supervisées par l’administration.

c) L’ensemble des services rendus par les entreprises privées à la population.

12. Quelle est la différence entre le service public administratif et le service public industriel et commercial ?

a) Le service public administratif est gratuit, tandis que le service public industriel et commercial est payant.

b) Le service public administratif est assuré par l’administration, tandis que le service public industriel et commercial est assuré par des entreprises publiques ou privées.

c) Bonnet blanc, blanc bonnet

13. Quels sont les principes fondamentaux du service public ?

a) La continuité, l’égalité et l’adaptabilité.

b) Le profit, la flexibilité, la productivité et la rentabilité.

c) La discrimination, la précarité, la sélectivité et l’exclusion.

14. Qu’est-ce que l’egalité du service public ?

a) L’obligation d’assurer l’accès aux services publics à tous, sans discrimination.

b) La faculté pour l’administration de limiter l’accès aux services publics en fonction de critères spécifiques.

c) La possibilité pour l’administration de fournir des services publics uniquement à certains groupes de population.

15. La continuité du service public signifie que :

a) Les services publics doivent être disponibles en permanence, même en cas de grèves ou de crises.

b) Les services publics ne fonctionnent que pendant les heures de bureau.

c) Les services publics sont sujets à interruption fréquente en raison de limitations budgétaires.

Acte administratif unilatéral

16. Qu’est-ce qu’un acte administratif unilatéral ?

a) Un acte pris par l’administration en collaboration avec une autre partie.

b) Un acte pris par l’administration sans la participation ou le consentement d’une autre partie.

c) Un acte qui nécessite l’accord de toutes les parties concernées.

17. Quels sont les effets d’un acte administratif unilatéral ?

a) Il crée des droits et des obligations pour les destinataires de l’acte.

b) Il ne produit aucun effet juridique.

c) Il est applicable uniquement aux agents de l’administration.

18. Quelle est la différence entre un acte administratif unilatéral et un contrat administratif ?

a) Un acte administratif unilatéral est pris sans l’accord des destinataires, tandis qu’un contrat administratif implique la participation de toutes les parties concernées.

b) Il n’y a pas de différence, ce sont deux termes interchangeables.

c) Un acte administratif unilatéral est toujours irrévocable, tandis qu’un contrat administratif peut être révoqué.

19. Un acte administratif unilatéral peut être annulé ou révoqué dans les cas suivants, sauf :

a) Illégalité manifeste de l’acte.

b) Erreur de procédure lors de l’adoption de l’acte.

c) Simple volonté de l’administration de le faire.

20. Les décisions de l’administration relatives aux impôts et aux sanctions administratives sont généralement considérées comme :

a) Des actes administratifs unilatéraux.

b) Des contrats administratifs.

c) Des décisions judiciaires.

Contrat administratif

21. Qu’est-ce qu’un contrat administratif ?

a) Un contrat conclu entre l’administration et une autre administration.

b) Un contrat conclu entre l’administration et une personne privée pour la réalisation d’une mission d’intérêt général.

c) Un contrat qui ne peut être conclu que par l’administration elle-même.

22. Les caractéristiques d’un contrat administratif incluent :

a) L’égalité entre les parties.

b) La prépondérance de l’administration dans le rapport contractuel.

c) La possibilité d’une terminaison unilatérale par l’administration.

23. La passation des contrats administratifs implique généralement :

a) Un appel d’offres public pour garantir la concurrence.

b) Une négociation confidentielle entre l’administration et le cocontractant.

c) Un accord verbal entre toutes les parties concernées.

24. Un contrat administratif peut être résilié dans les cas suivants, sauf :

a) Non-respect des dispositions du contrat.

b) Force majeure rendant impossible l’exécution du contrat.

c) Simple volonté de l’administration de le résilier.

25. La responsabilité de l’administration en cas d’inexécution ou de mauvaise exécution d’un contrat administratif peut engager :

a) La responsabilité civile de l’administration.

b) La responsabilité pénale de l’administration.

c) Aucune responsabilité de l’administration.

Faute de l’administration

26. La faute de l’administration est :

a) Une responsabilité imputée automatiquement à l’administration en cas de dommage causé par ses activités.

b) Une responsabilité que l’administration peut engager en cas de manquement à ses obligations légales.

c) Une notion inexistante dans le domaine administratif.

27. Quels sont les éléments constitutifs de la faute de l’administration ?

a) La faute intentionnelle d’un agent administratif.

b) Le non-respect des obligations légales par l’administration.

c) L’absence de tout comportement fautif de la part de l’administration.

d) Tous les ci-dessus

28. Quelles sont les conséquences de la faute de l’administration ?

a) L’administration est exonérée de toute responsabilité.

b) L’administration peut être tenue responsable des dommages causés.

c) Les actions de l’administration ne peuvent jamais donner lieu à une faute.

29. La faute de l’administration peut résulter de :

a) L’existence d’un pouvoir discrétionnaire de l’administration.

b) L’exécution incorrecte d’une décision judiciaire.

c) La désobéissance des citoyens aux ordres de l’administration.

30. La responsabilité de l’administration en cas de faute peut être :

a) Engagée uniquement en cas de faute lourde.

b) Engagée en cas de faute simple ou de faute lourde.

c) Exclue en toutes circonstances.

Responsabilité administrative

31. Qu’est-ce que la responsabilité administrative ?

a) La responsabilité des citoyens envers l’administration.

b) La responsabilité de l’administration en cas de dommage causé par ses activités.

c) La responsabilité de l’administration de punir les actes répréhensibles.

32. La responsabilité administrative est basée sur le principe de :

a) La responsabilité objective.

b) La responsabilité subjective.

c) L’irresponsabilité administrative.

33. Pour engager la responsabilité administrative, il faut généralement prouver :

a) L’existence d’une faute de l’administration.

b) L’impossibilité de prouver la responsabilité de l’administration.

c) L’absence de tout comportement fautif de la part de l’administration.

34. La responsabilité de l’administration peut être exclue ou limitée dans les cas suivants, sauf :

a) Force majeure.

b) L’existence d’un préjudice causé par un tiers.

c) Le non-respect des délais de prescription.

35. La réparation des dommages causés par l’administration peut prendre la forme de :

a) L’annulation de l’acte administratif à l’origine du dommage.

b) Une indemnisation financière versée à la victime.

c) Une remise en état des lieux.

d)

Recours pour excès de pouvoir

36. Qu’est-ce que le recours pour excès de pouvoir ?

a) Un recours permettant à l’administration d’annuler certaines décisions.

b) Un recours permettant à un particulier de contester la légalité d’une décision administrative.

c) Un recours permettant à l’administration d’exercer un pouvoir discrétionnaire.

37. Le recours pour excès de pouvoir peut être introduit devant :

a) Les tribunaux administratifs.

b) Les tribunaux civils.

c) Les tribunaux pénaux.

38. Les motifs permettant d’introduire un recours pour excès de pouvoir comprennent :

a) L’incompétence de l’autorité administrative.

b) L’erreur de l’administration dans l’interprétation de la loi.

c) Le non-respect des délais de recours.

39. Quels sont les pouvoirs de la juridiction administrative lorsqu’un recours pour excès de pouvoir est introduit ?

a) Annuler la décision administrative contestée.

b) Modifier la décision administrative contestée.

c) Confirmer la décision administrative contestée sans possibilité de révision.

40. Quelle est la source légale du recours pour excès de pouvoir ?

a) La Constitution.

b) La loi.

c) Les règlements administratifs.

41. Le recours pour excès de pouvoir est-il un recours suspensif ?

a) Oui, il suspend l’exécution de la décision administrative contestée.

b) Non, il n’a aucun effet suspensif sur l’exécution de la décision administrative.

c) Cela dépend de la décision de la juridiction compétente.

42. Quelle est la limite temporelle pour introduire un recours pour excès de pouvoir ?

a) 2 mois à partir de la publicité de l’acte

b) 6 mois à partir de la date de la décision administrative contestée.

c) Aucune limite de temps, le recours peut être introduit à tout moment.

43. Qu’est-ce que l’annulation dans le cadre d’un recours pour excès de pouvoir ?

a) Cela signifie que la décision administrative contestée est annulée avec effet rétroactif.

b) Cela signifie que la décision administrative contestée est annulée sans effet rétroactif.

c) Cela signifie que la décision administrative contestée peut être annulée à tout moment.

44. Quelles sont les conséquences en cas de succès d’un recours pour excès de pouvoir ?

a) La décision administrative contestée est annulée et doit être réexaminée.

b) La décision administrative contestée est annulée et ne peut être revue.

c) La décision administrative contestée est maintenue sans modification.

45. Un recours pour excès de pouvoir peut-il être introduit contre une décision judiciaire ?

a) Oui, un recours pour excès de pouvoir peut être introduit contre n’importe quelle décision.

b) Non, un recours pour excès de pouvoir n’est applicable qu’aux décisions administratives.

c) Cela dépend de la juridiction compétente et de la nature de la décision.

46. Quelles sont les conséquences d’une décision favorable à un recours pour excès de pouvoir ?

a) L’administration est tenue de verser des dommages-intérêts à la partie requérante.

b) L’administration est tenue de modifier la décision contestée.

c) L’administration est libre de prendre une nouvelle décision contestée.

47. La décision rendue à l’issue d’un recours pour excès de pouvoir peutelle être contestée en appel ?

a) Oui, la décision peut être portée en appel devant une juridiction supérieure.

b) Non, la décision rendue à l’issue d’un recours pour excès de pouvoir est définitive.

c) Cela dépend de la nature de la décision contestée.

48. Est-il possible d’introduire un recours pour excès de pouvoir contre un acte administratif bilatéral ?

a) Oui, un recours pour excès de pouvoir peut être introduit contre toute décision administrative.

b) Non, un recours pour excès de pouvoir ne s’applique qu’aux contrats administratifs.

c) Cela dépend du contexte et de la nature de l’acte administratif unilatéral.

d) Oui dans une certaine mesure

49. Quel est le rôle du juge administratif lorsqu’un recours pour excès de pouvoir est introduit ?

a) Examiner la légalité de la décision administrative contestée.

b) Modifier la décision administrative contestée en fonction de ses propres préférences.

c) Préparer un rapport sur la décision administrative contestée.

50. Un recours pour excès de pouvoir peut-il être déposé par une personne morale, telle qu’une entreprise ?

a) Oui, une personne morale peut également déposer un recours pour excès de pouvoir.

b) Non, seul un individu peut déposer un recours pour excès de pouvoir.

c) Cela dépend de la nature de la décision administrative contestée et des lois en vigueur.

Comments


bottom of page